Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » Brevet pour un système de traitement des micropolluants dans les eaux usées
Retour aux actualités

Une réalisation du CRIQ et de l'INRS

Brevet pour un système de traitement des micropolluants dans les eaux usées

Version imprimable
12 janvier 2016
rss

Un brevet américain a récemment été délivré conjointement au Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) et à l’Institut national de recherche scientifique (INRS) pour un système et un procédé permettant de traiter les micropolluants émergents des eaux usées industrielles.
 
Une première série de travaux a démontré que le système breveté, utilisant un bioréacteur à membrane, réduisait entre autres de 99 % la quantité de bisphénol-A (BPA) dans des eaux usées fortement chargées. Le BPA, utilisé pour la fabrication de matières plastiques, est un micropolluant susceptible de perturber différents mécanismes physiologiques. Le système est destiné à être installé à la sortie des usines pour traiter les eaux usées et il pourrait aussi être intégré aux stations d’épuration.
 
D’autres travaux en cours pour le traitement des eaux usées d’hôpitaux
 

De nouveaux travaux dirigés par l’INRS et le CRIQ sont actuellement en cours afin de valider que le même système peut aussi traiter les eaux contaminées par six familles de médicaments : les antidépresseurs, les antibiotiques, les analgésiques, les hormones, les antiépileptiques et les produits chimiothérapiques. Son installation à la sortie des hôpitaux permettrait d’éviter que ces polluants ne soient dispersés dans l'environnement, où ils peuvent avoir des répercussions nuisibles et ultimement se retrouver dans la chaîne alimentaire. L’Université de Montréal, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et le Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec contribuent aussi à la réalisation de ce projet.
 
« Puisque les micropolluants émergents ne sont pas éliminés entièrement par les procédés en place dans les stations d’épuration existantes, le CRIQ et ses partenaires ont choisi, dès 2008, de développer des solutions qui permettront leur élimination avant même qu’ils n’atteignent les réseaux municipaux de collecte des eaux usées. Les résultats obtenus indiquent que cette avenue est particulièrement prometteuse pour protéger l’environnement des micropolluants qui présentent des risques réels pour la santé humaine et animale », a déclaré monsieur Gerardo Buelna, agent de recherche au Centre de recherche industrielle du Québec. 
 
 « La présence de micropolluants dans les effluents comporte des risques qui justifient les efforts de recherche. La technologie développée au CRIQ et à l’INRS pourrait réduire, voire éliminer ces risques en étant implantée directement à la source dans les hôpitaux », a par ailleurs ajouté monsieur Patrick Drogui, professeur à l’Institut national de la recherche scientifique.
 
À propos du CRIQ
Depuis plus de 45 ans, le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) a pour mission de contribuer à la compétitivité des secteurs industriels québécois et à la croissance des organismes en soutenant l'innovation, la productivité et les exportations et en créant des partenariats pour élargir son offre de service. Avec plus de 200 employés et des laboratoires à Québec et à Montréal, le CRIQ réalise près de 2 000 mandats par année. www.criq.qc.ca 
 
 
 

Drogui P, Seyhi B, Buelna G & Blais JF (2015) Submerged membrane bioreactor system and biological methods for removing bisphenol compounds from municipal wastewater. Brevet US 9,199,200 B2. (1er décembre 2015). 
 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Nouveau modèle géologique pour Vénus et la Terre archéenne ...

Webzine

Une diplômée utilise la photo-électro-catalyse pour dépolluer les eaux usées ...

Webzine

Une diplômée améliore les outils de modélisation hydrologique pour mieux prévoir le débit des rivières ...

Webzine

Infrastructure de calibre mondial pour prévenir l’érosion du littoral ...

Webzine

Congrès international IGARSS 2014 : la télédétection au service de l'énergie ...