Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » La doctorante Rajwinder Kaur se distingue avec ses travaux sur les bioplastiques
Retour aux actualités

Prix de la meilleure présentation au 54th Central Canadian Symposium on Water Quality Research

La doctorante Rajwinder Kaur se distingue avec ses travaux sur les bioplastiques

Version imprimable
6 mars 2019 // par Jean-Daniel Bourgault
rss
Le 54th Central Canadian Symposium on Water Quality Research s'est tenu à l’Université York à Toronto le 27 février 2019. Lors de cet événement annuel, l'étudiante au doctorat en sciences de l'eau Rajwinder Kaur a reçu le prix de la meilleure présentation dans la catégorie « Biosolids and Bioenergy ». Rajwinder est doctorante dans l’équipe du professeur Rajeshwar D. Tyagi depuis 2016.
 
Fait remarquable, Rajwinder a remporté une distinction similaire lors de l’édition 2017 de la même conférence. Le titre de la présentation 2019 de Rajwinder était Development of a novel process of bioplastics production using activated sludge, que voici : 

 

 
« La croissance de l’usage des plastiques pétrochimiques est devenue une menace majeure pour l'écologie mondiale en raison de ses impacts très négatifs sur l'environnement et la santé humaine. Les polyhydroxyalcanoates (PHA) sont les bioplastiques les plus largement utilisés. Ils s'avèrent être une alternative compatible aux plastiques à base de pétrole en raison de propriétés telles que la biodégradabilité complète, la biocompatibilité et la non-toxicité.
 
L'utilisation généralisée de PHA est entravée par ses coûts de production élevés par rapport aux plastiques conventionnels. Le coût des matières premières, principalement la source de carbone, représentait environ 50 à 60% de la production totale de PHA. Par conséquent, la faisabilité économique de la production de PHA est possible avec le développement d'un procédé de fermentation efficace utilisant des sources de carbone peu coûteuses.
 
Les boues d’épuration activées sont un sous-produit du traitement actuel des eaux usées à base de boues activées et constituent un défi majeur en matière d'élimination pour les autorités de gestion de l'eau du monde entier. L'élimination des boues secondaires peut représenter jusqu'à 60% des coûts totaux de traitement des eaux usées. Le coût de l'élimination des boues secondaires devrait augmenter, en particulier en Amérique du Nord et en Europe, en raison de l'application de normes de traitement des eaux usées plus strictes, de la réduction des capacités d'enfouissement et de la hausse des coûts de combustible.
 
Dans cette étude, ces boues activées ont été utilisées pour la production de bioplastiques et la concentration en solides en suspension (SS). La concentration en PHA et le rendement en PHA ont été augmentés grâce à diverses stratégies. La durabilité du processus a été établie en utilisant un processus développé pour la production de bioplastiques avec des boues activées collectées dans différentes stations de traitement des eaux usées. »
 
Toutes nos félicitations, Rajwinder! ♦
 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Nouveau modèle géologique pour Vénus et la Terre archéenne ...

Webzine

Une diplômée utilise la photo-électro-catalyse pour dépolluer les eaux usées ...

Webzine

Une diplômée améliore les outils de modélisation hydrologique pour mieux prévoir le débit des rivières ...

Webzine

Infrastructure de calibre mondial pour prévenir l’érosion du littoral ...

Webzine

Congrès international IGARSS 2014 : la télédétection au service de l'énergie ...