Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » L’INRS se dote d’un nouveau laboratoire ouvert en géothermie
Retour aux actualités

Investissement de la FCI et du gouvernement du Québec dans la recherche énergétique renouvelable

L’INRS se dote d’un nouveau laboratoire ouvert en géothermie

Version imprimable
25 août 2017 // par Gisèle Bolduc
rss
L’énergie géothermique représente une avenue prometteuse pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et offrir une source locale de chaleur dans les territoires nordiques. Toutefois, les forages nécessaires à l’installation des systèmes géothermiques posent des risques technologiques qui entravent le développement de cette filière énergétique. Avec la mise en place du laboratoire ouvert de géothermie, le professeur Jasmin Raymond du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS disposera de capacités expérimentales inédites pour mettre de l’avant des solutions pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles. 
 
 
Financée à parts égales par le Fonds des leaders John-R. Evans de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et le gouvernement du Québec pour un montant totalisant 400 000 $, cette nouvelle infrastructure combine des techniques de scanographie infrarouge et de tomodensitométrie, une première pour un laboratoire en géothermie. Les chercheurs pourront caractériser les propriétés thermiques et hydrauliques d’échantillons de roc et modéliser l’impact de l’hétérogénéité du sous-sol sur les performances des systèmes géothermiques. 
 
Dans le laboratoire ouvert en géothermie, l’équipe du professeur Raymond cherche à mieux comprendre les processus de transfert de chaleur et d’écoulement de l’eau souterraine afin :
 
  • de valoriser les environnements favorables aux systèmes géothermiques superficiels et profonds
  • d’améliorer la conception des composantes souterraines des systèmes
  • de développer de nouvelles technologies plus compétitives
 
« Nos recherches contribueront à cibler les environnements géologiques offrant le plus grand potentiel pour installer des systèmes géothermiques avec des coûts de forage moindres, ce qui permettra d’augmenter la compétitivité de l’industrie canadienne de la géothermie face aux énergies fossiles », précise le professeur Jasmin Raymond, qui est aussi titulaire de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord
 
Fonctionnant sur le modèle des logiciels libres, le laboratoire ouvert de géothermie offrira un environnement de formation qui permettra aux étudiants de développer des compétences scientifiques tant en géologie, hydrologie et génie mécanique pour résoudre des problèmes énergétiques liés au sous-sol.  

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Nouveau modèle géologique pour Vénus et la Terre archéenne ...

Webzine

Une diplômée utilise la photo-électro-catalyse pour dépolluer les eaux usées ...

Webzine

Une diplômée améliore les outils de modélisation hydrologique pour mieux prévoir le débit des rivières ...

Webzine

Infrastructure de calibre mondial pour prévenir l’érosion du littoral ...

Webzine

Congrès international IGARSS 2014 : la télédétection au service de l'énergie ...