Logo INRS
English
  • Accueil
  • » Actualités
  • » Satinder Kaur Brar reçoit le Grand Prix – recherche universitaire de l’AAEES
Retour aux actualités

Éliminer les contaminants traces émergents dans les eaux usées et l’eau potable

Satinder Kaur Brar reçoit le Grand Prix – recherche universitaire de l’AAEES

Version imprimable
8 mai 2017 // par Gisèle Bolduc
rss
La professeure Satinder Kaur Brar du Centre Eau Terre Environnement a remporté le Grand Prize – University Research. En lui décernant ce prix prestigieux, l’American Academy of Environmental Engineers and Scientists (AAEES) souligne l’excellence et la portée innovatrice de ses travaux de recherche qui ont permis de mettre au point des technologies hybrides pour éliminer les contaminants traces émergents dans les eaux usées et l’eau potable. 
 
Le directeur du Centre Eau Terre Environnement, Jean-François Blais, la professeure Satinder Kaur Brar et son équipe de recherche.
 
Présents à très faible concentration, les composés pharmaceutiques actifs peuvent causer une résistance aux antibiotiques, une féminisation des poissons ou divers troubles dans différents organismes. Leur dégradation est très faible dans les stations d’épuration, d’où la nécessité de développer de nouvelles méthodes de traitement pour dégrader les composés libérés dans l’air, l’eau et le sol. 
 
L’équipe de la professeure Brar a réalisé plusieurs expériences combinant différentes technologies de traitement avec des enzymes. Cela a permis d’accroître grandement leur efficacité, confirmant ainsi l’avantage du traitement enzymatique hybride. Respectueuses de la chimie verte, ces technologies permettent de transformer les contaminants émergents en produits inoffensifs et peuvent être utilisés pour traiter les sols contaminés in situ ou ex situ à des coûts moindres. 
 
« Ces technologies hybrides présentent beaucoup de potentiel, en offrant aux municipalités des solutions viables économiquement pour maintenir leurs systèmes de traitement des eaux usées sûrs, capables de dégrader les plastifiants et autres contaminants émergents et aux changements climatiques afin d’assurer la sécurité sanitaire de leurs populations », précise avec enthousiasme la professeure Brar, qui possède une expertise reconnue dans le domaine de la lutte à la pollution et de la biovalorisation.  
 
Ce grand prix lui a été remis le 13 avril 2017 au National Press Club à Washington lors de la cérémonie annuelle de remise de prix de l’AAEES, qui récompense le meilleur de l’ingénierie environnementale. Outre la professeure Brar, l’équipe était composée du chercheur Rao Y. Surampalli, des doctorants en sciences de l’eau D. Mohapatra, F. Gassara, G.S.Dhillon, R. Pulicharla, L. Lonappan, M. Taheran, R. K. Das, M. Nagdhi, V. Pachapur, ainsi que des postdoctorants T. Rouissi, S.J. Sarma et M. Cledon.
 
Toutes nos félicitations à la professeure Brar et à son équipe pour leurs innovations qui contribuent à améliorer la qualité de vie! 
 

Actualités

Les plus consultées

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Nouveau modèle géologique pour Vénus et la Terre archéenne ...

Webzine

Une diplômée utilise la photo-électro-catalyse pour dépolluer les eaux usées ...

Webzine

Une diplômée améliore les outils de modélisation hydrologique pour mieux prévoir le débit des rivières ...

Webzine

Infrastructure de calibre mondial pour prévenir l’érosion du littoral ...

Webzine

Congrès international IGARSS 2014 : la télédétection au service de l'énergie ...