Logo INRS
English

Primary links

By ETE - Posted on 18 janvier 2011

Laboratoire d'hydrogéologie des contaminants

Ce laboratoire offre un environnement unique en Amérique du Nord pour évaluer le comportement des contaminants ainsi que les technologies environnementales de restauration in situ de sols et de l’eau souterraine à une échelle intermédiaire entre les essais en laboratoire et sur le terrain.

Version imprimable

Personnes-ressources

INRS

Richard Martel
Responsable scientifique
Téléphone : 418 654-2683
Télécopieur : 418 654-2600
richard.martel@ete.inrs.ca

Carole Parent
Agente de valorisation
Téléphone : 418 654-2531
carole.parent@ete.inrs.ca

RDDC Valcartier

Sonia Thiboutot
Responsable scientifique
Téléphone : 418 844-4000 poste 4283
Télécopie : 418 844-4155
sonia.thiboutot@drdc-rddc.gc.ca

R & D pour la défense Canada – Valcartier
2459, route de la Bravoure
Québec (Québec) G3J 1X5
Téléphone : 418-844-4000
information@forces.gc.ca

Ce laboratoire a été mis sur pied grâce à la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et à la participation de Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC).

Le laboratoire est installé à Valcartier en banlieue de Québec. Il est opéré conjointement par RDDC Valcartier et le Centre Eau Terre Environnement de l’INRS, notamment pour la réalisation de travaux de recherche portant sur la compréhension du devenir environnemental des matériaux énergétiques.

 

Ce laboratoire permet :

 - d'étudier le comportement des contaminants récalcitrants dans les sols et les eaux souterraines, comme par exemple les matériaux énergétiques dispersés sur les sites d'entraînement;

 - d'évaluer des méthodes passives de restauration in situ des eaux souterraines (atténuation naturelle, mur de réaction);

 - de développer et comparer l'efficacité de méthodes actives de restauration in situ (barbotage, ventilation, biodégradation, lavage aux tensioactifs, oxydation chimique, etc.) pour différents types de sols et de contaminants;

 - de tester et comparer plusieurs stratégies d'injection/pompage utilisées lors de la mise en oeuvre des méthodes actives de restauration in situ;

 - d'étudier le comportement des solutions de polymères lors de leur injection dans des matériaux géologiques de différentes perméabilités;

 - de mettre au point et de tester des modèles mathématiques utiles à la conception et la prédiction des essais de terrain.

 

Infrastructure

Le laboratoire comprend deux bacs expérimentaux dont la taille permet de réaliser des expériences de restauration se rapprochant des conditions de terrain, mais sous des conditions expérimentales contrôlées. Ces bacs peuvent contenir de 4 à 9 m3 de sols provenant de sites contaminés ou de sols propres auxquels des contaminants spécifiques peuvent être ajoutés.

 

Les composantes suivantes sont également disponibles :

 - Six longues colonnes en acier inoxydable de 62 cm de diamètre et de 80 cm de haut;

 - Dix segments de colonnes de 21,2 cm de diamètre (6 de 0,6 m de hauteur et 4 de 1,2 m de hauteur);

 - Plusieurs colonnes de petit diamètre (5 cm) de différentes longueurs;

 - Une aire d'entreposage et de préparation des sols;

 - Quatre réservoirs de 5 m3 contenant les solutions à injecter (Valcartier);

 - Trois réservoirs de 20 m3 dont un à doubles parois pour recevoir les effluents liquides (Valcartier);

 - Deux conteneurs marins pour l'entreposage des sols;

 - Un système d'automatisation pour l'opération du laboratoire;

 - Un système d'acquisition de données;

 - Des instruments de mesures permettant la caractérisation des sols et des phases aqueuses et organiques échantillonnées lors des essais (granulométrie, courbe caractéristique, densité, viscosité, tension interfaciale, angles de contact).

 

Services

Le laboratoire est accessible à des clients issus de toutes les sphères d’activité. Cette infrastructure se veut un lieu de recherche conjointe contribuant au développement de collaborations durables entre les chercheurs du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS et les partenaires intéressés à mieux comprendre les phénomènes de contamination et à développer des solutions performantes et applicables.

 

Il constitue aussi un lien stratégique et un soutien important à l’industrie de l’environnement, aux sociétés qui sont aux prises avec des problèmes de restauration de sites contaminés et aux organismes publics qui doivent réglementer la présence de polluants dans l’environnement.

 

À l’échelle nationale, cette infrastructure offre l’opportunité de développer des partenariats et des collaborations avec des chercheurs d’autres universités qui bénéficient d’un programme de formation et de recherche en hydrogéologie.