Logo INRS
English
INRS
  • INRS
  • Eau Terre Environnement
  • Énergie Matériaux Télécommunications
  • INRS – Institut Armand-Frappier
  • Urbanisation Culture Société
Version imprimable

Michel Malo

Géologie structurale

Projets en cours

Séquestration géologique du CO2 au Québec – Chaire de recherche du MDDEP

La Chaire de recherche réalise des travaux explorant les principales options de séquestration géologique du CO2 au Québec. Elle aborde la capacité de séquestration du CO2 au Québec et comment le Québec peut participer à l’effort international d’évaluation de la technologie du CSC.
Les objectifs sont d’évaluer la capacité de séquestration du CO2 au Québec, de tester quelques sites pour leur potentiel de rétention du CO2 après injection et de former une expertise au Québec dans le domaine du CSC.

Financement : Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec
Collaborateurs : B. Giroux, E. Gloaguen, R. Lefebvre, M. Richer-Laflèche, N. Tassé (professeurs INRS-ETE), M. Duchesne (CGC-Québec), L. Massé (Junex), G. Heba (Intragaz), C. Oldenburg (Lawrence Berkeley National Laboratory), T. Parra (IFP)


Pour plus de renseignements veuillez consulter le site de la Chaire :   http://chaireco2.ete.inrs.ca

 

Diversification de l’exploration minière au Québec - Réseau DIVEX

Le projet, coordonné par Georges Beaudoin de l'Université Laval et Michel Malo de l’INRS-ETE, vise à développer les travaux académiques dans le domaine de la métallogénie et de l’exploration minière. Il s’agit, sans aucun doute, d’une première dans le domaine des sciences de la terre au Québec. D’une part, il s’agit du plus important regroupement de chercheurs (soit 27) jamais assemblés autour d’un thème unificateur dans le domaine. Les chercheurs proviennent de sept institutions universitaires et des deux ministères des Ressources Naturelles, du Québec et du Canada. Le Québec construira, à travers ce réseau, un dispositif durable qui augmentera l’efficacité d’une recherche actuellement très dispersée. D’autre part, le thème de la diversification des cibles et des territoires apparaît particulièrement pertinent dans le contexte de crise que vit l’industrie minière depuis quelques années. Le réseau a été financé initialement par Valorisation Recherche Québec, puis par le Ministère du Développement économique, de l'innovation et de l'exportation, et le Fonds sur la nature et les technologies du Québec.

Financement: VRQ, MDEIE, FQRNT 

 

Étude du gisement Westwood, Abitibi

La compagnie IAMGOLD a découvert depuis 2002 de nouvelles zones minéralisées en métaux précieux (Au-Ag) et en métaux usuels (Zn, Cu) dans le secteur de la propriété Westwood localisée dans le camp minier de Doyon-Bousquet-LaRonde (DBL) en Abitibi. C’est l’une des plus importantes découvertes au cours des dernières années en Abitibi avec des ressources de 9.4 millions de tonnes de minerai à une teneur de 11.5 g/t Au, pour un contenu total aurifère d’approximativement 110 t, ce qui en fait un gisement d’or de classe mondiale. Dans le but d’accélérer la mise en production du futur gisement Westwood, la compagnie IAMGOLD a entrepris la construction d’un puits d’accès et de galeries souterraines pour étudier directement le gisement. Plusieurs études de caractérisation des zones minéralisées sont en cours par la compagnie qui a décidé de financer un projet de doctorat et de s’associer à des chercheurs de la Commission géologique du Canada et de l’INRS-ETE pour mieux comprendre la nature du gisement et plus particulièrement sa géométrie.
L'objectif principal de ce projet est de définir le contexte géologique et structural global des zones minéralisées du gisement Westwood. Le projet vise également à élaborer un modèle génétique du gisement qui pourra servir à l’exploration ailleurs dans le camp DBL et en Abitibi. Un premier volet de recherche concerne la caractérisation des zones minéralisées, des unités volcaniques et intrusives hôtes de la minéralisation, et de l’altération hydrothermale associée à la minéralisation. La géochimie des éléments majeurs et traces et la pétrographie des roches seront utilisées pour la caractérisation. Le deuxième volet de recherche qui consiste à déterminer la géométrie du gisement par l’analyse structurale de la déformation des roches et des failles pour mieux localiser les zones minéralisées et ainsi mieux orienter les sondages de définition du gisement.

Financement : Corporation IAMGOLD

Collaborateurs : P. Mercier-Langevin et B. Dubé (CGC-Québec)


Évaluation des potentiels en hydrocarbures et modélisation cinématique 3D des réservoirs du nord-est de la Gaspésie, Québec
La Gaspésie est reconnue pour son potentiel pétrolier depuis au moins 150 ans et des découvertes récentes de pétrole ont amené une activité d’exploration soutenue dans la péninsule. Au cours des années 1990, des études géologiques de terrain ont été orientées vers la compréhension de l’architecture stratigraphique et structurale du bassin siluro-dévonien, et des études géochimiques ont permis de reconnaître les principales roches mères. La région du nord-est de la péninsule représente la région de la Gaspésie où l’on retrouve le plus grand nombre d’indices pétroliers (suintements en surface, sondages, etc.), de lignes sismiques et de données géochimiques. De plus, un champ de gaz est en production et une découverte significative de pétrole a été faite récemment près de Gaspé. Plusieurs questions restent encore sans réponse en ce qui a trait à la mise en place du gaz et du pétrole dans les réservoirs actuels. La nature, l’origine, les chemins de migration des hydrocarbures et la géométrie des réservoirs restent encore incompris. Des lignes sismiques retraitées avec des logiciels modernes et des nouvelles données géochimiques sur les roches mères seront utilisées avec des logiciels de modélisation de bassins et de système pétrolier développés à l’Institut français du pétrole (IFP) pour comprendre les processus de mise en place des hydrocarbures en Gaspésie.
Le projet vise à intégrer toutes les données existantes d’un secteur-clé du bassin siluro-dévonien de la Gaspésie pour en faire un cas-type d’analyse avec les outils de modélisation moderne de l’IFP. Outre le développement des outils de modélisation, le projet permettra d’augmenter notre connaissance du système pétrolier du bassin-frontière de la Gaspésie et de donner des guides pour l’exploration dans d’autres contextes géologiques semblables dans l’Est du Canada.

Financement : CRSNG-CRDPJ - Pétrolia

Collaborateurs : D. Lavoie et N. Pinet (CGC-Québec), F. Béhar et M. Thibaut (IFP, Paris), F. Baudin (Université Pierre et Marie Curie, Paris)

 

 

Étude des gisements d’or dans les formations de fer de l’Archéen au Canada

Les gisements d'or au sein des formation de fer représentent une des nouvelles cibles d'exploration aurifère dans le nord du Canada depuis l'ouverture récente de deux nouvelles mines de classe mondiale, la mine de Musselwhite dans le nord de l'Ontario et la mine de Meadowbank au Nunavut. Les paramètres géologiques qui contrôlent la mise en place de la minéralisation aurifères ne sont toutefois pas encore bien connus.

Le principal objectif du projet est de définir les paramètres géologiques (âge des unités, stratigraphie, structure) et géochimiques de la minéralisation et de l'altération hydrothermale des deux gisements pour créer un modèle de mise en place des minéralisations et formuler des guides d'exploration pour d'autres gisements semblables.

Financement : Ressources naturelles du Canada, Commission géologique du Canada, Initiative géoscientifique ciblée 4

Collaborateurs : S. Castonguay, B. Dubé, P. Mercier-Langevin (CGC-Québec), J. Bicksock (Mine Musselwhite, Goldcorp), B. Perron (Mine Meadowbank, Agnico-Eagle)

Consultez notre webzine

PlanèteINRS.ca

Webzine

Michel Malo et le stockage du CO2 dans les bassins sédimentaires du Québec ...

Webzine

Les eaux chaudes souterraines du Québec, une nouvelle source d'énergie renouvelable ...